Carnet de route

Week-end difficile (D) sous le soleil

Le 10/10/2014 par Imbo Fabrice

Après une saison martyrisée par une météo bien peu clémente, nous voilà partis (Nicolas, Willy, Marc et moi-même) vers le si bien nommé Parc des Écrins pour une boucle de deux jours. Au programme ; La Tête Sud du Replat (3428m) par le pilier Chèze et la Pointe d'Amont (3338m) par le pilier Nord.

Arrivés de nuit, nous prenons nos quartiers au Centre Alpin de la Bérarde presque désert. Après un rapide dîner, frugal pour certains et royal pour d'autres, n'est-ce pas Willy, nous partons pour une (trop) courte nuit.Pour affronter les efforts à venir, nous avons droit à un petit déjeuner digne des refuges les plus isolés avec quelques biscottes et quelques grammes de beurre. Quoiqu'il en soit, nous ne sommes pas là pour la qualité de la table... C'est donc au milieu de la nuit que nous prenons la direction du refuge du Chatelleret. Après cinq heures d'approche (fainéant, le Parc des Écrins n'est pas pour toi...), nous voilà au pied du pilier Chèze qui se dresse fièrement devant nous.

Privilégiant le confort à l'adhérence, nous partons tous en « grosses » à l'assaut de la première longueur. Au fur et à mesure de l'ascension, l'ambiance devient de plus en plus belle et gazeuse. Avide de difficulté supérieure, Willy s'arrache dans un surplomb bien physique qui finalement s’avérera évitable pour un grimpeur moins chevronné (moi). En raison de la fréquentation, les longueurs s’enchaînent à un rythme tranquille avant d'arriver au chef-d’œuvre de cette voie, une superbe dalle rouge bien prisue.

La Tête Sud du Replat atteinte, nous descendons vers le col du Replat puis vers le refuge de la Selle, point final d'une journée de plus de treize heures.

La gardienne du refuge, qui avait surveillé notre descente à la jumelle, est très généreuse en conseils et nous conforte dans l'idée de gravir le lendemain le pilier Nord de la Pointe d'Amont « ce serait dommage d'être ici et de ne pas faire ça... ».

Nous voilà donc repartis le lendemain vers ce pilier que nous souhaitons attaquer avec le lever du soleil. Après un slalom entre les crevasses du glacier Est du Diable, nous nous retrouvons dans la rimaye au pied de la voie. Le premier ressaut passe facilement en « grosses » alors que le niveau du deuxième demandera de mettre les chaussons. C'est dans ce ressaut que j'apprends la définition du « râteau de chèvre », théorie et travaux pratiques dans la foulée. L'agréable troisième ressaut donne à l'ascension une fin toute en souplesse alors que la vue sur la si grandiose Dibona vient parachever une superbe journée verticale.

La descente s'effectuera ensuite sans difficultés grâce à la reconnaissance faite quelques semaines auparavant par Nicolas. Les rappels, en effet, ne sont pas tous évidents à trouver...

Sitôt le dernier rappel tiré, Marc et ses « crocs© » magiques partent dans une descente dont ils ont le secret, afin d'aller récupérer la voiture restée à la Bérarde. Nous l'attendrons, fatigués et reconnaissants, une poignée de minutes, dans la nuit tombante, aux Étages.

Au bilan, un week-end sans faute, météo comprise, dans une ambiance superbe. MERCI NICO.

CLUB ALPIN FRANCAIS VILLEFRANCHE SUR SAONE

IMPASSE REVIN
69400  VILLEFRANCHE SUR SAONE
Contactez-nous
Tél. 04 74 62 04 59
Permanences :
jeudi 19:30-21:00 en septembre 18 - 22 h Accueil téléphonique du lundi au vendredi heures de bureau
Agenda